DIPROS au champ N° 7 : Communiqué SIE 2021

SIE-1

Le 25 novembre s’est déroulé un coin de champ organisé par le CARAH asbl dans le cadre du projet DIPROS avec la participation de Natagriwal et de Res’eau (FWA). Lors de cette journée, un essai de différents couverts éligibles en tant que SIE a été présenté ainsi qu’une vitrine de parcelles aménagées pour la faune (MAEC).

Les couverts en quelques chiffres…

L’essai des couverts a été mis en place sur une terre à texture limoneuse de la ferme expérimentale à Ath. L’objectif principal de cet essai est de comparer 10 mélanges différents au niveau de la vitesse de la couverture du sol, du rendement, de la qualité de certains mélanges pouvant être valorisés pour le bétail et de comparer également la capacité des couverts à stocker l’azote potentiellement lessivable. La culture précédente à cette parcelle était du froment d’hiver. L’essai a été mis en place le 7 septembre suite à un apport de 30 T de fumier le 31 août.

Voici un tableau reprenant les différents mélanges de l’essai :

Les couverts ont une importance capitale en agriculture. Ils permettent de limiter l’érosion, d’améliorer la structure et la vie biologique du sol et de valoriser l’azote non assimilé par la culture précédente protégeant ainsi les eaux de surface et souterraines tout en maintenant un taux d’humus en se dégradant. Ces couverts limitent également le développement des adventices.

Choix des espèces à semer

Les espèces choisies entrent dans la liste de mélanges autorisés définit par la Wallonie. Les couverts en SIE doivent être composés de minimum deux espèces appartenant à deux listes différentes parmi celles-ci:

Liste A : Graminées, dont céréales

Avoine (Avena sativa) – Avoine rude ou brésilienne (Avena strigosa) – Froment (Triticum aestivum) – Ray grass anglais (Lolium perenne) – Ray grass italien (Lolium multiflorum) – Seigle (Secale cereale) – Triticale (Triticosecale).

Liste B : Légumineuses

Féverole (Vicia faba) – Gesse (Lathyrus sativus) – Pois fourrager (Pisum sativum) – Trèfle d’Alexandrie (Trifolium alexandrinum) – Trèfle blanc (Trifolium repens) – Trèfle incarnat (Trifolium incarnatum) – Trèfle de Perse (Trifolium resupinatum) – Trèfle violet (Trifolium pratense) – Vesce commune (Vicia sativa).

Liste C : Crucifères

Moutarde (Sinapis alba) – Radis fourrager (Raphanus sativus).  

Liste D : Autres familles

Caméline (Camelina sativa) – Lin (Linum usitatissimum) – Niger (Guizotia abyssinica) – Phacélie (Phacelia tanacetifolia) – Sarrasin (Fagopyrum esculentum).

Pour rappel, en zone vulnérable, le couvert peut contenir jusqu’à maximum 50% de légumineuses (en poids des semences).

Des parcelles aménagées pour la faune…

Pour ce qui est des parcelles aménagées pour la faune, plusieurs parcelles du CARAH suivent un contrat de 5 ans. Plusieurs mélanges composent les différentes parcelles afin de visualiser les possibilités d’aménagement.

Une des parcelles est couverte du mélange qui se compose de 20% de radis fourrager, 30% de sarrasin, 20% de sorgho, 10% de millet, 10% de moha et 10% de tournesol. Ce mélange à 50kg/ha est idéal pour crée une zone refuge en arrière-saison. À semer en mai (plantes gélives au printemps), il couvre assez rapidement la parcelle grâce au sarrasin et au radis fourrager, ce qui limite l’apparition d’adventices. Ce mélange attire énormément de passereaux, surtout en fin de saison où les plantes montent en graines mais offre également un abri idéal pour le petit gibier.

Une autre parcelle est composée de triticale conservé sur pied. Cette zone offre le gite et le couvert à de nombreuses espèces. Il s’agit d’une culture favorable à l’environnement (MB6) qui peut être composée de froment d’hiver, triticale d’hiver ou d’épeautre. 10% de la parcelle engagée ne doit pas être récolté et est laissé sur pied sans aucune intervention jusque fin février. Le montant annuel de cette mesure est de 240€/ha.

Un autre mélange est spécifique pour l’attraction de perdrix (40kg/ha). Ce mélange, très riche en espèces végétales se compose de lin, de sarrasin, de tournesol, de bourache, de fenouil, d’avoine, de luzerne, de phacélie, de radis, de choux, de vesce velue, de moutarde blanche, de cresson alénois, de mauve sylvestre et enfin de mélilot officinale. Ce mélange très fourni permet une floraison bien étalée et un stock de graine très important pour la perdrix.

Bande pour perdrix

D’autres mélanges ont été insérés dans la vitrine :

  • Le mélange pour bande de ressuie (30kg/ha) est composée de lotier, d’agrostis et de fétuque rouge. Le lotier fleurira la deuxième année après l’implantation.
  • Le mélange fleurs sauvages (25 kg/ha) est essentiellement composé de bisannuelles ou de vivaces comme la tanaisie, l’eupatoire chanvrine, la cardère sauvage, la molène, l’angélique sauvage, la carotte sauvage, le cerfeuil sauvage, la fétuque rouge, la centaurée et le dactyle. Ce mélange fleurira surtout la deuxième année.

Les parcelles aménagées en tant que MAEC (MC7) sont des nouvelles mesures qui complètent les tournières enherbées et les bandes aménagées. Cette méthode se décline en plusieurs variantes en fonction de l’enjeu environnemental au sein de l’exploitation (enjeu en matière de biodiversité ou d’aménagement pour la faune, de lutte contre l’érosion, de protection des eaux de surface ou souterraines). Le choix de la localisation, de la composition du couvert et du mode de gestion est également fonction de l’enjeu environnemental. Le montant annuel de cette mesure est de 1200€/ha (source : Natagriwal).

Article rédigé par Benjamin Abrassart, Chargé de projet DIPROS du CARAH A.S.B.L.

partenaires DIPROS