DIPROS au champ N°1 : les prairies naturelles chez Jean-François

Posté le

Jean-François est éleveur à Erbaut, sur la commune de Jurbise, où il gère une exploitation de 25 ha. Sachant que la taille moyenne d’une exploitation en Wallonie est d’environ 60 ha, on peut donc dire que c’est une exploitation de petite taille…ou à taille humaine. Il y élève un troupeau d’environ 150 vaches de la race Blanc-bleu mixte pour leur viande. Elles sont nourries avec le maïs et les betteraves fourragères produites sur la ferme (environ 10 ha), mais aussi avec l’herbe de ses prairies (environ 15 ha) qui sont soit pâturées soit fauchées.

Pour une de ses prairies, Jean-François a choisi de l’exploiter de manière moins intensive selon le cahier des charges des « prairies naturelles » fixé par les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC). Ces MAEC consistent en un ensemble de pratiques favorables à la protection de l’environnement (préservation de la biodiversité, de l’eau, du sol, du climat), à la conservation du patrimoine et au maintien des paysages en zone agricole. Elles sont mises en place sur base volontaire et rétribuées grâce à un cofinancement de la Wallonie et de l’Europe. C’est l’asbl Natagriwal qui est en charge pour la Wallonie du conseil et de la mise en œuvre de ce programme.

Voici comment Natagriwal nous présente la MAEC prairie naturelle :

« Une prairie naturelle est une prairie permanente gérée de manière peu intensive. Cette mesure incite les agriculteurs à conserver et exploiter par fauche ou par pâturage tardif (à partir du 16 juin) des prairies généralement peu productives (zones humides, zones marginales,…). Cette méthode vise surtout à préserver la biodiversité, mais aussi à protéger les sols et l’eau (eaux de surfaces et souterraines) à travers un mode de gestion peu intensif. Le recul des dates de fauche permet par exempleaux espèces d’oiseaux comme aux plantes herbacées de mieux réaliser leur cycle biologique, tandis que l’interdiction des produits phyto garantit une source de nourriture aux espèces insectivores. » Source : Natagriwal

Plus d’info sur cette mesure sur le site de Natagriwal.

Comment la prairie est-elle gérée ?

Jean-François met en place une prairie naturelle depuis près de 15 ans, sur une parcelle de 3,9 ha occupée par une prairie permanente depuis 40 ans. Elle est composée principalement de fétuque et dactyle et d’un peu de trèfle. Il a une fois re-semé du trèfle suite à un apport d’écume  de betterave. La présence de trèfle améliore l’appétence fourragère et fournit naturellement de l’azote à la prairie.  Il produit une trentaine de ballot en une coupe par an, la sécheresse rendant difficile la réalisation de plusieurs coupes.

Le noyer qui veille sur la prairie naturelle

Et qu’en pense l’agriculteur ?

Points positifs

Au départ, il a fait ce choix principalement parce qu’il était obligé d’associer plusieurs MAEC dans sa demande. Il a ainsi choisi d’associer cette mesure à d’autres MAEC sur son exploitation (mares et bandes aménagées, arbres et bosquets, races locales menacées). La prime de 200 €/ha de prairie est bien sûr un incitant dont il est très satisfait. Par ailleurs, le bétail mixte qu’il élève convient bien au calendrier de gestion imposé pour cette MAEC. Et les prairies concernées se trouvant en zone assez humide, il réalisait déjà de toute façon une fauche tardive. C’est donc un incitant pour lui que le respect du cahier des charges n’implique pas de gros changements pour sa gestion de la prairie. Enfin, comme son exploitation est entièrement située en zone de prévention de captage, il trouve important de réduire ses apports d’intrants pour minimiser son impact sur les eaux souterraines.

Contraintes  et difficultés rencontrées

Les quelques problèmes auxquels il doit faire face sont des présences de rumex pas toujours faciles à éradiquer et un vieillissement de la composition en herbe de la prairie. Il réfléchit donc à demander conseil pour réaliser un sur-semis sur sa prairie. Enfin, les sécheresses récurrentes en été freinent fortement la croissance de l’herbe à ce moment-là et commencent donc à rendre plus difficile la valorisation des apports d’engrais de ferme qui ne peuvent être réalisés qu’à partir du 16 juin sur les prairies naturelles.

Le rumex est une adventice fréquente des pâtures

Le conseil de Jean-François et ses perspectives

Son conseil est de réaliser un chaulage (amendement calcique) de la prairie tous les 5-6 ans pour maintenir la présence de trèfle. Pour le moment, Jean-François exploite cette prairie en fauche mais il aimerait pouvoir réaliser un pâturage tournant pour s’adapter aux contraintes de la sécheresse. Il remarque en effet qu’augmenter la part de pâturage du bétail offre une meilleure qualité fourragère. Cela nécessiterait une adaptation des dates autorisées pour l’épandage des engrais de ferme afin de maximiser leur valorisation sur les prairies pâturées. 

Rendez-vous dans deux semaines pour le second numéro de DIPROS au champ !

Donnez votre avis pour la WAPI

Posté le

Habitants de la Wallonie Picarde, oyez oyez!

Donnez votre avis sur les enjeux en WAPI jusqu’au 29 avril 2021, notamment concernant l’environnement !

Une seule adresse : https://participation.frw.be/fr-BE/projects/wapi2040

Offre d’emploi au Contrat Rivière Dendre

Posté le

Vous souhaitez participer activement à la protection et la valorisation des cours d’eau, zones humides et nappes phréatiques? La gestion des inondations vous tient à coeur? Vous aimez le travail de concertation d’un large ensemble de partenaires? Le Contrat Rivière Dendre recrute!

Découvrez l’offre d’emploi ici. En bref:

  • Contrat de remplacement de 1 an à temps plein
  • Poste: coordinateur adjoint-chargé de projet
  • Début du contrat le 1er juin 2021
  • CV, lettre de motivation et diplôme à envoyer pour le 11 avril à crdendre@gmail.com

Balades guidées dans le bois de Silly

Posté le

Dimanche 28 février, Dimanche 7 mars, Dimanche 14 mars, Dimanche 28 mars
2 départs : 9h et 10h30, durée : +/- 1h30

Samedi 20 mars,
rando 10km, départ à 14h, durée +/- 3h

En cette période de confinement, vous êtes nombreux à vous promener dans les bois et sur les routes de campagne. Vous prenez plaisir à contempler, vous aérer, vous déconnecter. Et si vous pouviez aussi découvrir cette nature au-delà des premières apparences…

Les guides-nature de la section Entre Dendre et Senne des Cercles des Naturalistes de Belgique se proposent de vous accompagner lors de ces sorties à Silly pour vous expliquer la vie secrète des espèces rencontrées.

Le nombre de participants aux sorties est actuellement limité à 4 personnes guide compris. Nous nous adapterons aux conditions sanitaires du moment. Inscriptions obligatoires par e-mail auprès de Céline Deléglise celinedeleglise@hotmail.com qui vous confirmera l’inscription, le lieu du rendez-vous, le nom et le n° de GSM du guide.

DIPROS – Lancement de la saison avec des prélèvements de sol au champ

Posté le

Ces deux dernières semaines, l’équipe du projet DIPROS avec le CARAH a été échantillonner le sol sur des parcelles d’agriculteurs participants à Jurbise et Brunehaut, sur les deux zones de captage pilotes du projet.

Deux vagues d’analyse

Cette première vague de prélèvements concernait les parcelles semées en orge et en froment à l’automne dernier, et celles de betterave qui seront semées d’ici quelques semaines. Au printemps suivront les parcelles de lin, pomme de terre et maïs, qui sont implantées plus tard dans la saison.

Un double objectif

1) Evaluer la teneur en matière organique et la fertilité générale sur les 30 premiers cm du sol, des paramètres essentiels pour assurer une bonne production mais aussi une protection contre les aléas liés à la sécheresse et au risque d’érosion et de coulées de boue.

2) Connaître leur teneur en azote, et ce sur trois tranches du profil du sol, jusqu’à 90 cm de profondeur. Cet azote sera disponible dès le printemps pour les plantes lors de la reprise de végétation. L’analyse permet à l’agriculteur de mieux adapter aux besoins réels de sa culture le complément d’engrais azoté qu’il apportera au printemps. Les eaux souterraines en seront ainsi mieux préservées !

Ces analyses sont financées grâce à la subvention du projet par la Société Publique de Gestion de l’Eau (SPGE).

Pour plus d’informations, PROTECT’eau met à disposition sur son site de nombreuses ressources sur la fertilisation raisonnée et le calcul de fumure: https://protecteau.be/fr/nitrate/agriculteurs/fertilisation-raisonnee

Sauvetage batraciens

Posté le

Chaque année, dès la fin de l’hiver (mi-février – début mars), les batraciens (grenouilles, crapauds, tritons, salamandres) entament leur migration pour rejoindre les points d’eau qui les ont vus naître et s’y reproduire à leur tour. Ces déplacements, qui durent une dizaine de jours, s’effectuent par temps doux (à partir de 7°C) et humide, à la tombée du jour et pendant la nuit. Malheureusement beaucoup d’individus n’atteindront jamais leur destination, ils finiront écrasés en traversant nos routes.

Vous pouvez agir …

Adaptez votre vitesse au volant

En adaptant votre vitesse lorsque que vous remarquez les panneaux Batraciens. En roulant sous la barre des 30 km/h, vous serez plus vigilants aux animaux présents sur la route et également aux bénévoles qui participent à leur sauvetage. A cette vitesse, les batraciens ne se feront plus aspirés et projetés contre le soubassement de votre véhicule.

Faites traverser les batraciens

En participant aux opérations de ramassages manuels de la commune !

  • Qui ? Petits (dès 12 ans) et grands, en famille ou entre amis.
  • Où ? Ath, Chièvres, Silly,…consultez la carte interactive !
  • Quand ? De mi-février à début mars, entre 19h30 et 22h (attention au couvre-feu !).
  • Comment ?

Soyez prudents et attentifs aux véhicules car ils ne vous voient pas forcément, une vigilance permanente est donc primordiale lors de ces opérations ! Munissez-vous d’une lampe de poche et portez un gilet fluorescent.

Il est recommandé de porter des gants pour protéger les batraciens de notre chaleur corporelle (et du gel hydroalcoolique!). Vous pouvez leur faire traverser la route en les déposant dans un seau. Soyez très délicats car ce sont des animaux très fragiles.

Pour les reconnaitre, consultez la clé de détermination.

N’oubliez pas d’encoder vos données sur observations.be (mode d’emploi). N’hésitez pas à joindre une photo du ventre du batracien en cas de doute pour permettre la validation de la donnée. Vous n’avez rien ramassé lors de votre passage ? C’est une donnée aussi ! Alors communiquez-la : crdendre@gmail.com

2 offres de stage

Posté le

Les Contrats de Rivière Senne et Dyle-Gette recherchent tous les deux des stagiaires pour cet été 2021, afin de travailler sur le projet LIFE Biodiversité RIPARIAS (gestion des espèces exotiques envahissantes). Deux offres sont disponibles ci-dessous.

Un.e stagiaire (M/F/X) sur le projet LIFE Biodiversité RIPARIAS (gestion
des espèces exotiques envahissantes) et sur les activités du Contrat de
rivière Senne – Période : été 2021

Un.e stagiaire (M/F/X) sur le projet LIFE Biodiversité RIPARIAS (gestion
des espèces exotiques envahissantes) et sur les activités du Contrat de
rivière Dyle-Gette – Période : été 2021

balsamine de l'Himalaya

Permis de pêche en ligne!

Posté le

Depuis ce début d’année 2021, les permis de pêche se commandent exclusivement sur internet sur www.permisdepeche.be

N’oubliez pas de cocher dans quel sous-bassin vous pêchez le plus., par exemple le « sous-bassin de la Dendre ». Pourquoi? Car le Fonds Piscicole accordera de l’aide à la Fédération du sous-bassin concerné. Plus d’information dans la brochure explicative.

Bonne pêche 2021!

La mer commence à Jurbise

Posté le

En ce début d’année, des plaques circulaires émaillées estampillées «  Ici commence la mer. Ne jetez rien ! » ont été disposées près des caniveaux et des bouches d’égout de divers lieux emblématiques de la commune de Jurbise : la Vacressoise, la salle Jacques Galant, la bibliothèque, les écoles et le parc communal,…

L’objectif est de rappeler l’impact négatif que nos déchets ont sur nos rivières et sur le bon fonctionnement de nos stations d’épurations et donc sur notre environnement. Pensez donc à jeter vos déchets au bon endroit!

La Commune de Jurbise participe à la campagne « Ici commence la mer » menée par la Société Publique de la Gestion de l’Eau, les Contrats de rivière de Wallonie et les Organismes d’Assainissement Agréés (tels qu’IDEA et IPALLE).

Plus d’informations sur : https://contratrivieredendre.be/actions-et-projets/ici-commence-la-mer/

Retour en images sur le placement des plaques émaillées aux abords des avaloirs d’eau de pluie:

Ici commence la mer à Jurbise. Placement des plaques émaillées à proximité des avaloirs d'eau de pluie.
Ici commence la mer à Jurbise. Placement des plaques émaillées à proximité des avaloirs d'eau de pluie.
Ici commence la mer à Jurbise. Placement des plaques émaillées à proximité des avaloirs d'eau de pluie.

Le CR Dendre en musique!

Posté le

Envie de découvrir l’équipe de la Cellule de Coordination du Contrat Rivière Dendre d’une autre manière? Ecoutez-nous dans l’émission « Men at Work » ce mercredi 13 janvier vers 9h sur Classic 21. Retrouvez notre portrait sur notre page internet.

Toute l’équipe vous souhaite une bonne année 2021, remplie de petits et grands gestes pour les cours d’eau, les zones humides et l’eau souterraine!

Découvrez nos actions plus en détails sur notre site.